RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR A "ARTICLES"

La couleur est arrivée dans les aventures de Dr Justice. Et avec elle une réduction notable du nombre de planches, déjà intervenue il est vrai depuis quelques numéros déjà. Nous en sommes donc à des histoires de 12 pages. Du coup, les combats et les détails sur l’art sont nettement moins importants. Nous avons déjà remarqué la prédominance de plus en plus nette du Karaté par rapport au Judo dans les précédents numéros. Dans ce premier numéro colorisé, le Judo est tout de même toujours là avec ses projections.

Où sont donc les nombreuses projections de judo d’avant ?

On retrouve également ce sixième sens du judoka qui a sauvé notre toubib plus d’une fois.

Le sixième sens…

Même si Benjamin se fait avoir comme un gamin au tout début de l’histoire…

Justice pris par traitrise

Et l’auteur de continuer à rattacher notre héros aux ancestrales vertus du Judo. Ce Judo qui accompagne notre héros depuis le début en ce mémorable PIF N°/69…

La noble voie du Judo

Arrive alors ce très fameux PIF N°/355 où Dr Justice mérite son grade de 7ème dan (de Judo, de Karaté ???) dans une épopée de 24 pages, la plus grande aventure du Doc jamais parue (excepté trois autres histoires, mais en trois épisodes…). J’ai bien dit « Mérité » et non « Gagné » car rien ne m’horripile plus que de gagner un tel titre à coup de compétitions et de championnats (mais cela est mon point de vue !). Je reparlerai plus de ce numéro spécial dans un autre article.
Cependant, le Karaté ne reste jamais bien absent…

Toujours le Karaté

A noter que dans cette vignette d’une aventure postérieure au N°/355, Dr justice est toujours Roku-dan. Judo ou Karaté, l’âme de son maître Hiamuri est omniprésente.

Maître Hiamuri

L’auteur tente néanmoins quelques percées vers d’autres arts martiaux. En l’occurrence, le Kobudo, avec l’art du Nunchaku. On constate que le cinéma de Bruce Lee a marqué les esprits…

Un Nunchaku improvisé

L’univers de Dr Justice reste profondément marqué par le Judo, la preuve avec ce PIF N°/374 où l’on peut découvrir une des plus célèbres figures de Judo français, Jean-Luc Rougé en personne. Pour l’occasion, Benjamin justice est cette fois bien qualifié de 7ème dan.

Rencontre d’un personnage réel avec un personnage imaginé

Malgré tout, c’est grâce à des techniques de Karatéka que le Judoka Justice se débarrasse de ses adversaires plus loin dans l’histoire. Il nous reste un bel hommage d’un fameux Judoka envers notre héros.

Encore et toujours le Karaté

Les combats purement Karaté nous donnent tout de même encore de belles planches avec des séries de techniques.

Une belle planche… comme dans le temps

Et une autre également remarquable

On note toujours quelques « petites » erreurs de l’auteur quant au mélange des différents styles d’arts de combat. Dans l’exemple qui suit, on voit un pratiquant de Wu-shu (ou Kung-fu) donc chinois en prise avec des ronins…. Japonais. Rien de grave dans tout cela…

Confusion des genres ?

Nous avions déjà fait remarquer cette autre dimension de l’art martial qu’est cette acquisition d’un sixième sens, ou d’une autre sensibilité. L’auteur nous le signale encore à plusieurs reprises comme ci-après.

Le sixième sens…

Par contre, ce qui surprend est cette aptitude du Doc à la maitrise de la casse en tout genre. On l’avait déjà vu fracasser une massive porte de chêne, le voilà qui rompt prestement un cordage lui liant les poignets, briser une serrure d’acier puis déchirer littéralement un grillage de métal.

Sans commentaire

Dans la même veine, on avait déjà vu le Doc exécuter quelques figures acrobatiques, en voici une autre pour laquelle on peut exprimer quelques doutes quant à l’efficacité réelle …

Technique martiale ?

Ainsi, et afin de varier les plaisirs, on découvre également un combat dans un lieu surprenant… à plusieurs mètres de profondeur sous l’eau.

Même sous l’eau Benjamin reste un expert du combat

Il est vrai qu’une pratique assidue des arts martiaux peut conférer un degré supérieur (pas pour tout le monde…), une meilleure maitrise de soi et une plus grande résistance. Mais tout de même on n’en devient pas pour autant un surhomme. Gageons qu’il ne s’agit là que d’effets voulus par l’auteur pour donner une touche d’exotisme à l’histoire. Je préfère de loin cette image où, tel Kwaï-Chang-Caine, le héros du feuilleton Kung-fu, Benjamin dévie la flèche.

Il n'a rien à envier à Petit-Scarabée

Escale à Okinawa pour Dr Justice… Okinawa, berceau de Karaté !

Le scénariste aurait pu profiter de la présence en ce lieu pour marquer cette filiation. Il n’en fût rien. Dommage. On peut toutefois se régaler de quelques techniques de Kobudo avec le maniement du Bô, ce bâton long dont se sert Dr Justice pour lutter contre un adversaire armé d’un sabre de Samouraï.

Bô contre Katana

Ce bô que l’on retrouvera plus tard manié avec dextérité par notre 7ème dan. Une arme redoutable entre les armes d’un expert, plus efficace que le célèbre nunchaku car plus long.
Cette arme lui permet de contrer toute une bande de combattants armés de ce même bâton long.

La beauté des techniques de Kobudo

Les bambous vus ici ont l’air creux, alors que dans la réalité ils sont bien sûr plein et peuvent assurément porter des coups mortels. Le Bô à ne pas confondre avec le Jô, ce bâton court découvert il y a longtemps maintenant dans de précédentes aventures. Ici, il y a confusion entre les deux, car ce bâton est trop court pour être appelé Bô.

Belle technique de…. Jô

La recherche d’originalité de la part des auteurs nous amène à voir Dr justice en lutte contre d’autres spécialistes d’arts martiaux… pour notre plus grand bonheur.

Pratiquant de Kung-fu en tenue de Karatéka

Dr Justice victime d’une projection….

Nous achevons ainsi notre tour d’horizon des différents Arts Martiaux pratiqués par Dr Justice représentés tout au long de ses aventures. Je me suis arrété vers les numéros 600 de PIF, je ne pense pas qu’après il y ait grand-chose d’intérressant. Dr justice retourne plus tard sur le mont Fuji, mais je ferai une série d’articles sur ces histoires « exceptionnelles ».
On a pu constater une prédominance du Karaté sur ces dernières aventures en couleurs même si le Judo est toujours présent.

Le Judo toujours présent

Et si l’on avait quelquefois vu le doc à un entrainement de Judo on peut enfin le voir dans la pratique du Karaté dans un exercice de frappe au Makiwara, instrument exclusif au Karaté.

Makiwara dans une salle de Judo

Notre héros a donc évolué tout au long de ses aventures et c’est très normal. Le Judo s’est historiquement répandu bien avant le Karaté. Et comme dans la vie réelle où bon nombre de Judokas se sont intérréssés au Karaté et ont parfois (souvent ?) franchi le pas, les auteurs ont tout naturellement appliqué cette évolution dans leurs histoires.
Cependant, le Judo aura permis au dessinateur Macello de dévoiler tout son immense talent dans ses fabuleuses et mémorables planches de combat.
Je laisserai le dernier mot au Dr Justice qui avouera lui-même être un expert dans ces deux disciplines.


FIN