RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR A "ARTICLES"

A partir du PIF Gadget N°/160 et au cours des 4 numéros suivants contenant une aventure de Dr Justice, la rédaction a raconté la création de ce personnage en lieu et place de l’habituel éditorial. Ainsi, en 5 épisodes nous avons pu enfin connaître comment était né notre héros, au cours d’une sorte de feuilleton haletant qui nous faisait en quelque sorte pénétrer dans le saint des saints de PIF Gadget : LA REDACTION.
Pour les gamins que nous étions, aucun doute quant à l’exacte vérité des propos et comme tout bon mythe, cette histoire est certainement un mélange subtil de légende et de faits avérés.
Voici un bref résumé de cette narration intitulée :

L’HISTOIRE D’UNE BANDE DESSINEE : DOCTEUR JUSTICE

PIF Gadget N°/160


Et tout commença par une rencontre à Genève avec un certain Docteur X.

Où l’on apprend que c’est logiquement le scénariste Jean Ollivier qui est à l’origine du personnage. Ollivier aurait rencontré un ancien camarade jadis connu à l’armée. Celui-ci, docteur de son état, parcourt le monde au service de l’O.M.S.,… et se sort de situations « délicates » grâce à sa science du judo. Voilà qui fait plus que ressembler à notre héros, et Jean Ollivier parle de « Médecin errant » (ben, voyons !!!) et en quelques lignes le terme de « Médecin volant » apparaît. Quelle aubaine pour l’équipe rédactionnelle de PIF qui était justement à la recherche d’un nouveau personnage contemporain et original, alors un toubib… pourquoi pas ? Pour le moment, pas de Dr Justice car dans le prochain épisode nous découvrirons comment est sorti de l’imagination de nos protagonistes ce nom original.

PIF Gadget N°/164


… Un héros a besoin d’un nom

Où l’on constate que le choix d’un nom dans une bande dessinée est primordial et peut être un véritable casse-tête pour son ou ses créateurs. Mais déjà apparaît l’emblématique enseigne de notre héros : « Je m’appelle X…, Docteur X… Médecin attaché àl’O.M.S. Un médecin volant en quelque sorte. Abonné aux lignes aériennes internationales. » Et oui, tout un mythe qui se dévoile, là, sous nos yeux,… et le « X » devient « Justice » à la fin de la narration.
Reste à trouver un dessinateur !!!!!

 


PIF Gadget N°/167


A la recherche de l’oiseau rare…

Où l’on comprend qu’en matière de BD si le scénario est important, encore faut-il transcrire tout çà en dessins. Là encore la rédaction de PIF s’est transformé en champ de foire ou de bataille afin qu’émerge le dessinateur prodige qui pourrait coucher sur le papier ce héros si particulier et prometteur. Le cahier des charges était établi, restait à trouver l’artisan. Bien-sûr chacun y va de ses arguments et de ses sympathies envers un tel ou un autre. Et c’est encore Jean Ollivier qui mit tout le monde d’accord en lançant le nom de MARCELLO… Au passage on décida également que Benjamin Justice aurait vaguement les traits d’Alain Delon. Et tout çà en une journée,…. trop trop forts à la Rédac’ de PIF.

PIF Gadget N°/170


JUSTICE SUR LA « PLANCHE » A DESSIN

Où l’on s’aperçoit que le métier de dessinateur peut devenir dans certains cas un véritable calvaire. En effet, la mise en forme du personnage aurait mis à rude épreuve les nerfs de Marcello ainsi semble t’il que son budget papier, encre et aspirine. En guise de scoop on pût découvrir dans ce numéro trois des nombreuses ébauches du visage de Benjamin Justice démontrant effectivement que la naissance ne s’était pas faite du jour au lendemain.
Cette BD était donc bien l’aboutissement de multiples réflexions, discussions et tergiversations en tous genres amenant 2 artistes accomplis à faire naître ce héros qui nous a tant fait rêver.

PIF Gadget N°/174


Epilogue

Nous avions découvert au cours des précédents numéros la genèse du personnage. Nous avions pu suivre toutes les péripéties qui avaient précédées la mise en route de la série, nous projetant tout entier au sein de l’équipe de rédaction. Autant dire que nous pénétrions un monde étrange et secret que chacun de nous imaginait selon sa propre sensibilité. Pour conclure cette mise en relation du lecteur avec l’intimité des créateurs, la rédaction de PIF a offert ce que chacun de nous recherche aujourd’hui éperdument : Les Originaux,… ou plutôt les reproductions de la première planche de Dr justice accompagné du scénario. On pouvait ainsi visualiser d’un coup d’œil le travail de collaboration de Jean Ollivier et Raphaël Marcello,… le Scénario et la Planche qui en découlait.

C’est un merveilleux cadeau qu’a fait au cours de ces cinq numéros la rédaction de PIF gadget. L’histoire a sûrement été embellie, mais je me plais a imaginer l’effervescence suscitée par la création du personnage qui serait le fruit de toute une équipe de joyeux compères et non pas seulement des deux seuls dessinateur et scénariste. C’étaient bien là toutes les valeurs de ce journal qui mettaient en avant non pas la compétition et la rivalité mais plus sûrement la complicité et l’amitié.