RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR A "ARTICLES"

Jusqu’au PIF GADGET N°/344, toutes les histoires de Dr Justice sont parues en noir et blanc.
C’est à mon sens la période dorée quant au graphisme même si les derniers numéros en noir et blanc n’ont plus la même qualité de dessin. Quelques belles histoires en couleur sont toutefois assez remarquables comme pas exemple l’aventure parue dans le spécial N°/355 qui est exceptionnelle par sa longueur, 24 planches, et le thème abordé.


La dernière histoire en noir et blanc

Donc, jusque là, pas de couleur… sauf dans les albums cartonnés.
Le premier de la série « LE TRIANGLE D’OR » paru chez Hachette, reprend les PIF N°/174-177. A noter que pour la première fois on trouvait la suite à une histoire parue 3 numéros auparavant, comme ce sera le cas pour les N°/230-233. Ainsi on a pu enfin découvrir notre toubib volant colorisé. Impossible en effet commercialement parlant à l’époque de faire éditer un album qui ne soit pas en couleur. C’était le gros plus ajouté aux reprises, sinon aucun intérêt.

Dr Justice enfin en couleur

Deux autres albums de reprises en couleurs suivront, « LES RAVISSEURS » et « SOS EGYPTE » aux éditions Kangourou, reprenant respectivement les 150/155 (histoires dissociées) et 230/233.

Premières planches des albums "les Ravisseurs" et "SOS EGYPTE"

La couleur débarque donc à compter du PIF N°/348. Je ne m’étendrai pas sur la qualité de cette colorisation, sauf que à mon goût cette couleur là enlève du charme aux splendides dessins de Marcello. Mais il faut reconnaître que cela a renouvelé le personnage.

La première histoire en couleur

Mais avant ce renouveau coloré et en dehors des albums, le lecteur a pu apprécier un Dr Justice multicolore par le biais des couvertures des trimestriels parus à partir d’avril 1973.
On y reconnaît quelques scènes tirées des PIF… la plus facile à identifier étant le trimestriel N°/7 extrait du PIF N°/185 « Naufragés du Hoggar ». Pour les autres, je vous laisse chercher…

Le TRIMESTRIEL N°/7

Avec cette nouvelle série en couleur, on voit réapparaitre d’anciennes histoires colorisées. Le premier est le PIF N°/440 avec « L'Enfer de Cholla » déjà parue dans le N°/144. On peut donc là aussi comparer, mais sans doute mieux qu’avec les albums, la différence avec le noir et blanc.

L’expérience sera renouvelée dans d’autres numéros mais surtout avec les « PIF Spécial ».

Nous avons parlé jusqu’ici des histoires noir et blanc mis en couleur. Qu’en est-il de l’inverse ? Pour ce faire une petite idée, on peut comparer la planche originale avec sa version papier couleur. La différence est plus que frappante et l’on voit bien que les traits du dessinateur ne ressortent pas aussi bien. Mais bon, qu’aurait donné la même planche imprimée sur le même papier en noir et blanc ?

PIF N°/472 "Le Trésor des Sables"

En conclusion, la colorisation a apporté un réel nouveau souffle au personnage même s’il faut regretter au passage le moins bon rendu des superbes graphismes de Marcello. Mais la qualité de papier des anciens PIF est aussi à regretter. Pourtant que ce soit au niveau des albums ou des anciennes histoires colorisées, le travail des couleurs est assez chouette. Alors, NOIR ET BLANC ou COULEUR ? A vous de juger…