RETOUR AU SOMMAIRE

RETOUR A "ARTICLES"

Sommaires et Préambules

Comme toute bonne revue périodique qui se respecte, PIF gadget annonçait chaque semaine, généralement en page 2, le sommaire du numéro que l’enfant (ou adolescent…, ou ses parents,…) tenait en main. Cette page était l’occasion de visualiser et de repérer d’un coup d’un seul les principales rubriques pouvant intéresser le lecteur. Ces sommaires étaient quelquefois l’occasion de découvrir un dessin du héros tant attendu, histoire d’enjoliver quelque peu une austère présentation.

C’est à partir du numéro 83 que l’on a pu découvrir un sommaire ainsi décoré du portrait de Benjamin Justice. Si vous avez bien suivi, cela est donc intervenu à la troisième aventure du Médecin Volant…

Le premier sommaire avec Dr Justice...

Le lecteur pouvait ainsi lire le nom de la série « DR JUSTICE », le titre de l’épisode « OPERATION PANTHER » et se rendre à la « PAGE 33 » pour retrouver les tribulations de son héros (favori bien-entendu !!!). Ce premier sommaire avec le Doc est tout naturellement agrémenté d’un portrait du Judoka lançant son célèbre Kiaï.

Les apparitions suivantes de Dr Justice dessiné dans un sommaire se feront dans les PIF Gadget N°/110 et 120. Ces encadrés suivent le même schéma à savoir que l’on peut y voir un petit dessin entre des lignes de textes énumérant simplement les récits du numéro.

Le PIF 110 et le 120

A l’ouverture de ce 110 on voyait donc le Docteur, ou plutôt on reconnaissait la tête du Docteur au volant d’un bolide de sport (je laisse aux spécialistes le soin de reconnaitre la marque… ou d’aller relire l’histoire !!!), petit indice laissant supposer que l’aventure allait être très mouvementée. Quant au dessin du 120, il laissait augurer une nouvelle fois de sévères affrontements entre notre justicier et de méchants costauds.

Le numéro 138 de PIF gadget nous gâtait en nous offrant un dessin occupant tout le cadre du sommaire. Pas moins de quatre personnages se combattant dans cet espace réduit. Quel exploit et surtout quelle impatience suscitée auprès des fans du Toubib volant…

Ici, le dessin du Doc occupe tout le cadre du sommaire

Ce fût malheureusement le dernier PIF à nous faire découvrir ainsi Dr Justice dès le magazine entrouvert. Cependant les lecteurs purent découvrir par la suite plusieurs PIF avec en guise de sommaire une page rédactionnelle entièrement consacrée à ce Héros. C’est ainsi qu’à partir du PIF N°/160 et dans chaque numéro contenant une histoire du Doc, on a pu connaitre les conditions (plus ou moins imaginaires, romancées,… ?) dans lesquelles est né le personnage. EN TOUT 5 NUMEROS AVEC DR JUSTICE EN VEDETTE !!!

Puis… plus rien ! PIF Gadget est passé à la couleur. Adieu les sommaires qui nous alléchaient en nous laissant supposer de passionnantes histoires. Et ce fameux PIF N°/355 vit le jour, un numéro spécial Karaté (exit le Judo du début ?), un spécial Dr Justice même pourrait-on dire, sorti à l’occasion de la diffusion du film relatant les exploits du héros. La page 2 est bien sûr consacrée au Doc avec un PIF en guise de rédacteur en chef signant donc cette page rédactionnelle. Pas de dessin de notre médecin mais une pleine page donc consacré à l’univers de Dr Justice.

Le fameux PIF N°/355

Très vite ensuite, lors du PIF N°/359 nous retrouvons non pas un sommaire consacré aux différentes histoires mais plutôt une présentation du gadget, celui-ci étant la gourmette de Dr Justice. Là non plus, pas de dessins du héros mais un lecteur habillé d’un karatégi arborant fièrement l’objet en un atémi menaçant.

La gourmette De Dr Justice


Pour finir cette revue, je citerai ce reportage signé du scénariste de Dr Justice, Jean Ollivier. Celui-ci racontait, en préambule à l’aventure du Judoka dans le même numéro, l’enfer des rues de Bangkok. On apprenait dans quelles conditions inhumaines vivaient (et vivent toujours…) des milliers d’enfants. Ainsi, on comprenait aisément que les aventures de Dr Justice n’étaient pas qu’imaginaires. Que même si le héros était fictif, l’environnement de ses aventures était, lui, bien réel.

Avec ces sommaires et préambules, on comprend bien que ce génial journal, PIF Gadget, était pensé comme un tout, s’articulant entre les différentes rubriques. Ce magazine n’était pas juste un assemblage de pages dans n’importe quel ordre. C’est, je pense, ce qui a aussi fait son succès, et qui a suscité l’intérêt de tant de jeunes lecteurs.